Accueil Aujourd’hui Rentrée parlementaire Les élus SDF boycottent les hémicycles

Rentrée parlementaire Les élus SDF boycottent les hémicycles

60
0
Partager

Ils n’étaient pas présents hier à l’ouverture de la session budgétaire. Ils envisagent d’autres actions afin d’amener le gouvernement à trouver une solution définitive à la crise anglophone.

Les parlementaires camerounais ont donc repris du service hier, 14 novembre 2017 à Yaoundé, à la saveur de l’ouverture de la session budgétaire du parlement. Mais, c’était sans les élus du Social Democratic Front (SDF). Les députés du principal parti de l’opposition du Cameroun ont donc mis leur menace de boycott annoncée il y a quelques jours à exécution. Ils n’étaient donc présents ni à l’ouverture de cette session à l’Assemblée nationale à l’hémicycle de Ngoa-Ekelle, à celle du Senat, au palais des Congrès de Yaoundé. Au moment où se tenait la cérémonie d’ouverture de cette 3ème session ordinaire à l’Assemblée nationale, sous la présidence de Cavaye Yeguie Djibril, les députés du SDF se sont retrouvés au siège régional du Centre de leur parti à Yaoundé, où ils ont tenu une conférence de presse.

 Cette décision de boycotter la cérémonie d’ouverture de cette 3ème session parlementaire de l’année 2017 est, expliquent ces élus du peuple, la première action d’une série d’actions dont le but « est de forcer la main au gouvernement afin qu’il trouve une solution durable » à la crise anglophone qui dure depuis plus d’un an. « Tous les députés et sénateurs sont ici réunis compte tenu de la situation préoccupante de notre pays. La crise perdure dans les régions du Sud-Ouest et Nord-Ouest. Et le gouvernement n’a rien fait pour trouver une solution. Nous pensons qu’il est temps aujourd’hui que les parlementaires conformément à l’article 4 de la constitution prennent leurs responsabilités en main. Il est question de voir dans quelle mesure nous pouvons à notre manière exposer au public, à l’opinion nationale et internationale, la situation grave qui prévaut dans notre pays, dans les deux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il faut trouver une sortie heureuse à cette crise », explique Jean Tsomelou, secrétaire général du SDF. Tout en précisant que la cérémonie d’ouverture de la 3ème rentrée parlementaire de l’année 2017 au Sénat devait elle aussi être boycottée hier soir au Palais des Congrès à Yaoundé. Dans un communiqué rendu public hier, le SDF demande un dialogue franc et inclusif en vue de trouver une solution durable à cette crise anglophone.

 Nonobstant ce boycott, la rentrée parlementaire a bel et bien eu lieu hier à Yaoundé. A l’Assemblée nationale, en présence du directeur du cabinet civil à la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou, de nombreux membres du gouvernement et du président du Senat, Cavaye Yeguie Djibril dans son discours d’ouverture a abordé des sujets relatifs à l’économie, l’agriculture, la sécurité et la crise anglophone. Relativement à la situation qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, une minute de silence a été observée à l’Assemblée nationale tout comme au Senat pour honorer la mémoire des hommes en tenue assassinés par des présumés sécessionnistes,  la semaine dernière dans ces parties du Cameroun.

Blaise Nnang