Accueil Business Maroc: Le Cameroun sera à l’honneur du Sistep 2018

Maroc: Le Cameroun sera à l’honneur du Sistep 2018

407
0
Partager

Après sept ans d’absence, le Salon International de Sous-traitance, d’approvisionnement et de Partenariat (Sistep) est de retour. Placé sous le haut patronage de sa majesté le Rois Mohammed VI du Maroc et organisé par la Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (Fimme), la 11e édition de cet événement se tiendra du 12 au 15 avril 2018 à la Foire internationale de Casablanca. Le thème retenu étant « l’industrie vecteur du développement en Afrique », cinq pays d’Afrique subsaharienne seront à l’honneur pour la circonstance. Il s’agit du Cameroun, du Gabon, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et la Guinée Conakry.

La foire sera aménagée « sur superficie de 5000 m2 où plus de 250 exposants présenteront leur savoir-faire, leur expertise et leurs innovations », expliquent Abdelhamid Souiri, président de la Fimme.

Selon ce dernier, « Sistep est un événement important attendu par les industriels marocains ». En effet, ce salon vise à promouvoir le secteur des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques afin de consolider sa place dans le paysage industriel marocain et africain. Ainsi, ce rendez-vous économique permettra aux exposants de nouer de nouvelles relations d’affaires et de nouveaux partenariats.

L’édition 2018 du Sistep sera également l’occasion de faire le point sur les contrats de performances signés en 2016, entre les opérateurs du secteur et l’Etat marocain. Notamment en ce qui concerne les domaines de la chaudronnerie, la valorisation des métaux et l’industrie navale.

Avec 1600 entreprises pour à peu près 70000 salariés, le secteur des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques est un pôle important de l’économie chérifienne. De source officielle, sa production est évaluée à 42 milliards de DH, dont 7 milliards de DH à l’exportation. Selon la Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques, ce secteur a consenti un investissement de 2 milliards de DH pour la seule année 2015. Ce qui lui a permis de dégager une valeur ajoutée de 10 milliards de DH pour le même exercice. Un véritable exploit par rapport à l’année 2007 où cette valeur ajoutée se cantonnait à 3,6 milliards de DH.