Accueil Economie Le Cameroun domine le financement participatif dans la Cemac

Le Cameroun domine le financement participatif dans la Cemac

935
0
Partager

BEAC

Le Cameroun domine le financement participatif dans la Cemac

Suivant les données de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), les autres pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) restent à la traîne de la mobilisation des ressources financières via le crowdfunding.

En Afrique, le Cameroun est au 18ième rang du classement des pays qui attirent les financements participatifs. Les données ont été compilées par le site Kiva.org jusqu’au 17 septembre 2017. L’on apprend que 4 421 projets ont été financés via le crowdfunding au Cameroun. Grâce à ce mode de financement participatif, le Cameroun a pu mobiliser 1,1 milliard FCFA soit 0,74% du montant total levé sur le continent. Suivant le numéro 3 de la Lettre de la recherche éditée par la BEAC en janvier 2018, l’on apprend que la CEMAC dans son ensemble reste marginale.

Cela se justifie par la percée du financement participatif dans d’autres régions du continent. Les pays comme le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda dominent le classement en matière de mobilisation participative des ressources financières. La Tanzanie, le Bénin, le Togo, le Ghana, la Sierra Leone, le Mali, le Sénégal, la République démocratique du Congo et le Burkina Faso devancent le Cameroun. Pour l’équipe de recherche de la BEAC, le crowdfunding a un avantage pour le financement des projets. L’on apprend par exemple que le crowdfunding permet à des entreprises de taille modeste ou des startups d’accéder à des ressources financières à moindre coût et avec une certaine transparence.

Davantage, selon les analystes de la BEAC, le recours au crowdfunding stimule la performance des entreprises et constitue un instrument marketing pertinent. A partir des analyses de la BEAC, réussir une campagne de crowdfunding nécessite très souvent la mise en place d’une organisation interne rigoureuse et d’une gestion transparente en raison de l’exigence de crédibilité indispensable pour convaincre les potentiels financiers. Pour l’équipe de recherche de la BEAC, « le crowdfunding transpose les principes de démocratie et de bonne gouvernance dans le monde de la finance et de l’entreprise ». A titre illustratif, les chercheurs de la BEAC citent la startup camerounaise Kiro’o Games. « Cette jeune entreprise a réussi à financer le plus grand projet de l’industrie vidéo ludique d’Afrique francophone à hauteur de 129 879 486 FCFA par financement participatif sans disposer au préalable de garanties immobilières, d’expérience avérée ou même d’une clientèle clairement identifiée ».

Pierre Nka