Accueil Business Elisabeth Medou Badang: « Nous avons eu raison d’investir dans Orange Money »

Elisabeth Medou Badang: « Nous avons eu raison d’investir dans Orange Money »

626
0
Partager
Alors qu’elle occupera dans quelques jours son fauteuil de directrice Zone Afrique de l’Est de la multinationale Orange, l’ancienne directrice générale de la filiale française livre le bilan de son action entre 2013 et février 2018 au Cameroun.
Mme le directeur général, dans quel contexte quittez-vous le Cameroun en cette mi-février 2018?
Je quitte le Cameroun au terme d’une belle aventure professionnelle et humaine d’un peu plus un peu plus de quatre années. Je suis fière du chemin que mon comité de direction, l’ensemble des équipes et moi avons parcouru, dans un marché des télécommunications en pleine mutation, marqué par une vive concurrence, l’arrivée de nouveaux acteurs, la transformation des usages des clients. Orange Cameroun a su faire preuve de résilience dans cette conjoncture. Je saisis l’opportunité que vous m’offrez pour rendre hommage aux membres de mon comité de Direction, et toutes les équipes, pour leur engagement de tous les instants pour la réalisation des résultats obtenus. Dans le même temps, je voudrais dire merci aux autorités de notre pays, dont les efforts pour la mise en place d’un environnement favorable à l’épanouissement du secteur des télécommunications, sont notables.
 
Vous êtes arrivées au Cameroun en 2013, vous étiez à votre 5ième année à la tête d’Orange. Quel héritage laissez-vous à la nouvelle direction générale ?
Je ne sais pas si le terme héritage est le plus approprié ici, mais je mentionnerai quelques faits marquants qui ont marqué de manière significative la vie et le développement d’Orange Cameroun au cours des quatre dernières années. Sachez que nous avons substantiellement investi pour améliorer notre réseau, Nous avons augmenté de 50% le nombre de nos sites pour étendre la couverture de nos services. Nous avons modernisé notre réseau, et assuré sa montée en débit avec la 3 G, et la 4 G sur respectivement plus de 60% et 35% de notre réseau en à peine deux ans.Cette mutation technologique a été possible suite au renouvellement, par les autorités, de notre Convention de concession, le 15 mars 2015 pour 15 nouvelles années. La construction de notre Data Center, l’un des plus grands d’Afrique sub-saharienne, constitue également une réalisation qui mérité d’être soulignée par le potentiel qu’il représente. Les années à venir, montreront, j’en suis certaine, qu’il s’agit-là d’un investissement pertinent.
Je soulignerais aussi, d’un trait particulier, notre leadership incontesté en matière de mobile money. La place qu’occupe finalement Orange Money dans la vie quotidienne de nos clients, montre que nous avons eu raison de faire le choix stratégique d’investir dans ce service, outil de prédilection d’amélioration de l’inclusion financière de notre pays. Enfin, et sans bien entendu être exhaustive, je mettrai en avant, le fait que Orange Cameroun ait été certifié Top Employer, ces trois dernières années. Cette distinction, constitue pour nous une reconnaissance de toutes les améliorations apportées dans  et de notre politique de gestion des ressources humaines. A ce propos justement, je voudrais rappeler aussi que nous avons amélioré les conditions et l’environnement de travail des salariés d’Orange Cameroun. C’est dans ce sens qu’il comprendre la construction de notre somptueux siège à Makepe (Douala), qui, en plus, reste, s’il en était encore besoin un marqueur important de notre ancrage en terre camerounaise.
 
En octobre 2017, Orange était au-devant de l’actualité avec l’affaire d’une dette de près d’un milliard FCFA réclamé par Camtel. Qu’en est-il aujourd’hui?
Camtel reste et demeure un fournisseur important avec qui nous entretenons une relation commerciale forte. C’est un de nos fournisseurs de premier plan. Comme vous le savez, une telle relation n’est pas toujours un long fleuve tranquille, chaque protagoniste étant amené à défendre au mieux ses intérêts.
Sous votre direction, il y a eu des mutations technologiques dans le secteur des télécommunications au Cameroun. On parle par exemple du réseau 3 G et 4 G. Etes-vous satisfaites de la qualité du réseau que vous laissez au Cameroun ?
J’ai commencé à apporter des éléments de réponse. J’ai souligné de lourds investissements consentis pour améliorer notre réseau à le situer à hauteur des défis actuels, et des demandes de plus en plus exigeantes de nos clients. Alors suis-je satisfaite ? Je suis fière du travail accompli. Mais je suis en même temps consciente des marges de progression que nous avons. Notre engagement d’offrir à nos clients la meilleure qualité de service oriente nos choix quotidiens.
 
Au Cameroun, les pouvoirs publiques fondent de plus en plus d’espoirs sur le développement du numérique. Quels sont les principaux investissements consentis par Orange Cameroun pour le développement de l’économie numérique durant les 5 ans années de votre présence à la tête de cette entreprise ?
 Les investissements effectués par Orange Cameroun pour la 3G et la 4G témoignent à suffisance de notre engagement à participer de manière pertinente à l’éclosion de cette économie numérique. Car, il s’agit toujours d’assurer à nos clients le haut débit, voire le très haut débit pour le transport des données (data) de plus en plus lourdes. Mais il est aussi important de sécuriser lesdites données de manière sure et fiable: notre Data Center répond particulièrement à cette attente. Il est question également d’éducation, nous y contribuons avec les projets tels que les maisons digitales, les écoles numériques ou encore OngolaFab lab. Il est question avec la contribution au développement d’un écosystème de création de nouveaux services, c’est ce que nous faisons avec OrangeFab, le POESAM, les API, et l’innovation en général ou encore la dématérialisation des paiements avec Orange Money.
 
En plus de la téléphonie classique, Orange s’est engagé dans le service Orange Money. Peut-on avoir un aperçu de ce que ce segment représente au sein de votre groupe au Cameroun ?
Comme je vous le disais, notre option de parier sur le mobile money relève d’un choix stratégique, pensé, et mis en œuvre de manière méthodique. Nous avons très tôt, pensé qu’Orange Money serait pour nous un puissant relais de croissance. L’engouement et l’enthousiasme  montrent qu’Orange Money est littéralement adopté par nos clients. Et nous avons la certitude qu’il s’agit d’un vrai succès. Nous ne nous sommes donc pas trompés.
 
Votre maison mère a annoncé la création d’un banque « Orange  Bank » quelles en sont les évolutions au niveau international ?
Je ne suis évidemment pas la plus légitime pour en parler. C’est une évolution majeure, dans notre groupe une déclinaison de l’innovation qui fait partie de l’ADN du Groupe Orange.
 
Y-a-t-il lieu d’espérer une ouverture d’Orange Bank au Cameroun dans les prochains mois?
Il n’y a aucun projet dans ce sens.
 
Sur votre page Twitter vous déclarez que « Mes nouvelles fonctions au sein du Groupe Orange me permettront de poursuivre ces actions dans d’autres pays africains, et continuer de porter haut le flambeau du Cameroun ». Peut-on en savoir plus sur vos nouvelles fonctions au sein du Groupe Orange ?
Je vais intégrer le Comité de direction d’Orange Middle East and Africa, (OMEA) et y occuper les fonctions de Directeur de Zone, qui vont me permettre de superviser l’activité dans plusieurs pays où nous sommes présents. Je suis également porte parole de (OMEA) Autant dire de  nouveaux challenges que j’espère exaltants et enrichissants.
Propos recueillis par Pierre Nka