Accueil Non classé EAA: Atangana Kouna en sapeur-ponpier

EAA: Atangana Kouna en sapeur-ponpier

102
0
Partager

Le ministre camerounais a été reconduit à la présidence du conseil extraordinaire des ministres de l’Agence panafricaine Eau et assainissement pour l’Afrique (EAA) qui s’est tenue à Yaoundé du 27 au 28 septembre 2017.

Il a donc été choisi comme sapeur-pompier de l’Agence panafricaine Eau et assainissement pour l’Afrique (EAA). Le ministre camerounais de l’Eau et de l’énergie, Basile Atangana Kouna a été reconduit au poste de président du conseil des ministres de cette institution au terme d’une houleuse session extraordinaire tenue du 27 au 28 septembre 2017 à Yaoundé. Une session extraordinaire qui avait pour but de donner les orientations stratégiques et opérationnelles pour redynamiser l’agence et redorer son image de marque, tant au niveau national, régional qu’international. En attendant que le nom du secrétaire exécutif de cette institution qui devait être désigné lors de ces assises, soit rendu public, c’est à l’actuel ministre Camerounais de l’Eau et de l’énergie que revient la charge de sortir cette institution de la crise dans laquelle elle est engluée depuis 2014.

Une crise qui a impacté négativement le fonctionnement de cette institution, Eau et assainissement pour l’Afrique (EAA) créée en 1988 et regroupant en son sein 35 pays membres et qui devait s’employer au développement des solutions durables d’eau et d’assainissement en vue de l’amélioration des conditions de vie de tous les africains. Mais à ce jour, cette institution traine une dette d’environ 08 milliards de FCFA envers ses fournisseurs, des prestations non payées, des licenciements abusifs et massifs des travailleurs, des engagements bancaires non respectés, selon le tableau dressé par le ministre burkinabè de l’Eau et de l’assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo dont le pays abrite le siège de EAA.

Et parmi les solutions de sortie de crise préconisées au sortir de la session extraordinaire du conseil des ministres de Yaoundé, il y a la relecture des textes statutaires de cette institution, afin de rendre son fonctionnement beaucoup fluide. De même, au regard des difficultés financières dont fait face EAA, il a été préconisé la ré-institution d’une contribution financière permanente des Etats membres, cette institution ne pouvant plus survivre des seuls revenus de ses services. Autres recommandations, c’est la nécessaire collaboration entre les ministres Camerounais et Burkinabè, de même que l’impérieuse nécessité de prendre toutes les dispositions légales et statutaires en vue de la normalisation du personnel de EAA. Il reste donc à espérer que ces différentes mesures permettent à EAA de sortir définitivement de cette période de crise qui a trop duré.