Accueil Business Cameroun: La vente des billets d’avion plane à 68 milliards FCFA en...

Cameroun: La vente des billets d’avion plane à 68 milliards FCFA en 2017

156
0
Partager
Malgré l’augmentation régulière du chiffre d’affaires, le Crossborder ticketing fait perdre d’importantes devises au fisc camerounais.
A l’image d’un véritable virus, le Crossborder Ticketing suce les ressources fiscales du Cameroun. En effet, toute vente domestique d’un billet d’avion entraîne l’imposition d’une TVA de l’ordre de 19,25%. Cette imposition fiscale s’applique à l’intérieur des frontières des Etats membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Particulièrement pour le Cameroun, l’imposition fiscale est reconnaissable par l’indicatif « CM ». Et, suivant la pratique du Crossborder ticketing, cette taxe ne s’applique pas dans l’espace situé en dehors des frontières de la Cemac. En vendant donc des billets à l’étranger, le Syndicat national des agences de voyages et de tourisme du Cameroun souligne que la pratique du Crossborder a fait perdre près de 950 millions FCFA à l’Etat en 2017. Et depuis cinq ans que la pratique prospère, l’on imagine bien ce que le Trésor public a perdu dans le marché de la vente des billets d’avion au Cameroun.
Le Syndicat national des agences de voyages et de tourisme du Cameroun a d’ailleurs identifié les principaux clients des agences spécialistes du Crossborder Ticketing.  Il s’agit « des multinationales, des organisations non gouvernementales, de quelques particuliers et mêmes certaines entreprises d’Etat » indique-t-on. Pour fidéliser cette clientèle, « les agences spécialistes du Crossborder volent nos impôts, profitent des taux de change et autres pour présenter des offres alléchantes aux clients. Ces derniers voulant réduire leur budget voyage ne comprennent pas qu’ils se rendent complices des crimes économiques » regrettent les syndicalistes des agences de voyages et de tourisme du Cameroun.
L’on apprend aussi que « dans certains cas, les clients reçoivent des bonus qui limitent par conséquent l’entrée des agences nationales de voyages et de tourisme ». Pour mettre fin à ces pratiques, le Syndicat national des agences de voyages et de tourisme du Cameroun annonce des plaintes contre les agences spécialistes du Crossborder ticketing. En attendant, une vaste campagne de réorganisation du secteur est en cours. Alors que le Syndicat ne regroupe que 80 agences de voyages à janvier 2018, il est envisagé de porter ce nombre à 200 dans les prochaines années. Ce qui permettra aussi d’accroître les emplois dans ce secteur. Actuellement, les 80 membres du Syndicat national des agences de voyages et de tourisme du Cameroun emploient environ 1350 personnes. Mais les recrutements sont plombés à cause du Crossborder.
Pour exercer dans la vente des billets d’avion au Cameroun, il faut obtenir une licence délivrée par le ministère du Tourisme et des loisirs. La composition du dossier est encadrée par la loi du 18 avril 2016. Mais, il faut une caution minimale de 5 millions FCFA. L’émission des billets est conditionnée par l’obtention d’un agrément de l’International air transport association. Démarche assez laborieuse, tout investisseur doit présenter une garantie bancaire minimale de 100 millions FCFA.
Pierre Nka