Accueil Business Banque: Société générale affiche une trésorerie baissière en 2016

Banque: Société générale affiche une trésorerie baissière en 2016

117
0
Partager

 

Toutefois, selon le rapport d’activité publié par la filiale camerounaise de la banque française, elle enregistre un bénéfice, des encours crédits et dépôts en hausse.

Tout n’a pas été rose pour la Société générale Cameroun au cours de l’année écoulée. La banque a enregistré en 2016 une position de trésorerie nette en baisse sur un an glissant. Elle se situe à 44 milliards FCFA contre 59 milliards un an plus tôt. Les emplois interbancaires ne représentent plus que 49 milliards FCFA contre 102 milliards à fin 2015, et sont constitués de réserves obligatoires à plus de 65%, de soldes en réserves libres dans les livres de la BEAC et de SG Paris (y compris le Deposit), apprend-on dans le rapport 2016 de SG Cameroun. Egalement « nos ressources interbancaires chutent sur la période à 4,4 milliards FCFA venant de 43 milliards FCFA un an plus tôt (soit -38 milliards FCFA). Cette situation s’explique principalement par le non renouvellement par SGBGE (Société générale en Guinée équatoriale) de la convention de Trésorerie courante qui liait nos deux établissements », peut-on lire dans ledit rapport. Pour certains experts financiers, la baisse de la position de trésorerie est due aux impayés, ce qui peut être la conséquence de la morosité des affaires en ce moment au Cameroun notamment.

L’on constate cependant qu’en dehors de ces chiffres négatifs, l’année 2016 a été globalement positive pour la SG Cameroun. Le Bénéfice net après impôts de la banque s’établit à 9 724 millions FCFA en progression de 13% par rapport au bénéfice réalisé à fin décembre 2015, « le Résultat net est flatté par une bonne croissance du produit net bancaire, une maîtrise des frais généraux et du coût net des risques », affirme-t-on à la SG Cameroun. L’entreprise enregistre par ailleurs un total bilan après inventaire de 748,59 milliards de FCFA et des capitaux propres (avant résultat de la période) de 73,14 milliards de FCFA.

Les encours de dépôts et de crédit sont également en hausse. « En données de gestion, nos encours moyens mensuels de crédits bruts à la clientèle augmentent de 9% sur un an glissant, tirés par les crédits aux entreprises et aux particuliers. Dans un environnement bancaire resté fortement concurrentiel en 2016 », peut-on lire dans le rapport de la banque. Une performance qui selon la banque reflète « le dynamisme des équipes et une agressivité commerciale, qui nous ont permis de capter tout au long de l’année d’importantes demandes de financement tant des PME, des grandes entreprises que des particuliers. Ce qui a également eu un impact sur les parts de marché de la banque. En fait, la part de marché sur les crédits, hors créances douteuses et y compris le crédit-bail a connu une hausse. Elle se hisse à 20,48% à fin novembre 2016 contre 19,37% à fin novembre 2015 ».

S’agissant des dépôts, les encours moyens mensuels de dépôts à la clientèle progressent de +9%, soit une production nette annuelle +49 milliards FCFA (en moyenne mensuelle) par rapport à 2015. La collecte des dépôts a été boostée en 2016 notamment par l’allègement des conditions d’ouverture de comptes d’épargnes. Et la part de marché sur les dépôts a progressé pour se situer à 17% au 30 novembre 2016. La banque maintient sa position sectorielle de 2ème banque en termes de dépôts gérés, apprend-on.

Sandrine Gaingne