Accueil Aujourd’hui Aviation civile: Le Cameroun veut prévenir le risque aviaire dans ses aéroports

Aviation civile: Le Cameroun veut prévenir le risque aviaire dans ses aéroports

107
0
Partager

Le Comité national de prévention du risque aviaire et animalier créé en 2015 s’est réuni pour la première fois hier, 15 novembre 2017 à Yaoundé, à l’effet de trouver les moyens de lutte contre la présence des oiseaux et autres animaux aux alentours des aérodromes.

Certes au Cameroun, l’on n’a pas encore enregistré un crash d’avion à la suite d’un impact avec un oiseau ou un animal quelconque, mais le risque n’est pas moins grand. Selon les experts de l’aviation civile, avec l’explosion actuelle du trafic aérien, les impacts d’oiseaux par exemple causent des dégâts matériels sur les avions, avec des conséquences sur le déroulement des vols, notamment, l’interruption de décollage, des atterrissages d’urgences ou l’annulation des vols, etc. A ce propos, l’on rappelle l’amerrissage du vol 15 49 d’US Airways, le 15 janvier 2009 dans le fleuve Hudson au large de New-York. L’aéronef de type A 320 transportant 155 passagers et l’équipage avait perdu ses moteurs après avoir décollé de l’aéroport international La Guardia de New-York, suite à l’ingestion d’un groupe d’oiseaux.

 C’est ce type d’incidents qu’il va falloir éviter sinon réduire dans les aéroports du Cameroun, car la plupart de ces incidents, précise-t-on, ont très souvent lieu lors des phases d’atterrissage et de décollage. Et, une perte de propulsion d’un ou plusieurs moteurs dans ces phases critiques, à faible altitude ou faible vitesse, laisse très de peu de marge de manœuvre au pilote et peut entraîner un crash. La prévention de ce risque aviaire et animalier au Cameroun incombe à un Comité national créé par décret du Premier ministre du 29 avril 2015. Ce Comité qui s’est réuni pour la première fois hier, 15 novembre 2017 à Yaoundé, a la charge d’organiser la prévention du risque aviaire et animalier sur les aérodromes du Cameroun. Cette prévention consiste à réduire la présence d’oiseaux dans les alentours des aéroports à travers la mise en œuvre de différents moyens de lutte. Cette prévention nécessite également, comme l’a relevé le ministre délégué auprès du ministre des Transports, Mefiro Oumarou, lors de l’ouverture de cette réunion, la gestion adaptée de l’environnement aéroportuaire, afin de rendre l’écosystème des abords de pistes moins attractifs pour les aviaires locales.

Cette prévention participe aussi de la sécurité dans les aéroports internationaux du Cameroun, une des conditions de leur certification. Ainsi, l’ordre de cette réunion prévoyait outre la présentation des membres désignés dans ce Comité, mais également un exposé par l’Autorité aéronautique (CCAA) des enjeux de la prévention et de la lutte contre le risque aviaire et animalier sur les aéroports du Cameroun, sa problématique, mais aussi les sources de la présence d’oiseaux et d’animaux aux abords des aéroports du Cameroun. Pendant que les Aéroports du Cameroun (ADC) devaient présenter les moyens de lutte mis en œuvre sur les aéroports du Cameroun. Au terme de cette réunion, une proposition de feuille de route pour 2018 devait être arrêtée par le Comité.

Blaise Nnang