Accueil Aujourd’hui Affairisme : Il manque 9 milliards FCFA dans l’argent collecté chez MIDA

Affairisme : Il manque 9 milliards FCFA dans l’argent collecté chez MIDA

259
0
Partager

Le bilan de l’opération de saisie des souscriptions de la Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique (MIDA) a été rendu public hier, 26 avril 2018 par le gouvernement.

Le gouvernement via le ministère de la Communication a publié des nouvelles sur l’affaire MIDA. Il ressort du communiqué de presse signé par Issa Tchiroma Bakary que le comptage de l’argent retrouvé dans les locaux de l’ONG MIDA a abouti à une somme de 3 622 928 550 FCFA. Mais cette somme ne correspond pas au montant versé par les souscripteurs. Selon les sources gouvernementales, la MIDA a produit un listing de 11 835 souscripteurs, ce qui correspond à un montant global versé de 12 798 825 000 FCFA.

A partir des calculs du gouvernement, il y a une différence de 9 175 896 450 FCFA. C’est dire qu’au stade actuel tous les souscripteurs ne pourront pas rentrer dans leur placement. Pour rassurer les populations, le communiqué du gouvernement informe que les enquêtes se poursuivent avec la participation de la MIDA « aux fins d’établir la destination de la somme manquante ».

Des associations ont caché l’identité des propriétaires 

Pour la suite, le gouvernement à travers le ministère de la Communication rappelle qu’en attendant l’aboutissement des recherches, la commission présidée par le gouverneur de la région du Centre va engager les travaux d’identification des souscripteurs et établir les modalités de remboursement. Cette identification ne sera pas aisée. Surtout dans la catégorie des associations. En parcourant la liste des souscripteurs, l’on constate que plusieurs associations n’ont pas pris le soin d’indiquer le nom du responsable. Pour combler le gap de plus de 9 milliards FCFA, le gouvernement en principe n’injectera aucun franc car, « les promoteurs de la MIDA seront responsables du rétablissement de l’ensemble des souscripteurs dans leurs droits », précise le communiqué.

Il faut dire que l’intervention du gouvernement par la suspension des activités de MIDA le 21 avril 2018 est venue mettre fin à un processus qui avait débuté en août 2017. Au moment de la suspension, le MIDA préparait sa 7ième vague de paiement, simultanément avec l’enrôlement des souscripteurs de la 8ième vague.

Pierre Nka