Accueil Economie 1er semestre 2017: Les dépenses publiques en baisse de 334 milliards au Cameroun

1er semestre 2017: Les dépenses publiques en baisse de 334 milliards au Cameroun

700
0
Partager

Cette diminution s’observe sur les trois grandes catégories de dépenses à savoir, les dépenses courantes, les dépenses d’investissement, et le service de la dette publique, à la lecture du rapport d’exécution du budget au premier semestre 2017.

Conformément aux engagements pris dans le programme économique avec le FMI, le gouvernement vient de publier l’exécution du budget de l’Etat au premier semestre. Les dépenses budgétaires totales se chiffrent à 735,9 milliards à fin mars 2017 contre 1069,9 milliards à fin mars 2016, soit une diminution de 334 milliards en glissement annuel. Cette diminution s’observe sur les trois grandes catégories de dépenses à savoir, les dépenses courantes, les dépenses d’investissement, et le service de la dette publique. Les dépenses budgétaires totales étaient prévues à 982,2 milliards au premier trimestre 2017. Elles ont été exécutées à hauteur de 735,9 milliards, soit un taux d’exécution de 74,9%. Le taux d’exécution des dépenses courantes est de 94,8%, celui des dépenses d’investissement se situe à 47,7%, tandis que le service de la dette publique a été exécuté à hauteur de 70,2%.

Les dépenses courantes diminuent de 51,6 milliards (-9,6%) en glissement annuel pour se situer à 488,5 milliards à fin mars 2017. Par rapport aux 515,2 milliards prévus, elles sont en retrait de 26,7 milliards, soit un taux d’exécution de 94,8%. L’évolution et les réalisations des principales rubriques des dépenses courantes sont données ci-dessous. Les dépenses de personnel baissent de 29,3 milliards (-11,7%) et s’établissent à 221,9 milliards au premier trimestre 2017 contre 251,2 milliards à la même période de l’exercice 2016. Elles sont en retrait de 28,1 milliards par rapport aux 250 milliards prévus, soit un taux d’exécution de 88,8%. Les dépenses de biens et services s’accroissent de 4,7 milliards (+2,3%) en glissement annuel et s’élèvent à 205,5 milliards à fin mars 2017. Le taux d’exécution de ces dépenses est de 118,5% par rapport aux 173,4 milliards d’objectif trimestriel.

Les dépenses de transferts et pensions se chiffrent à 61,1 milliards au terme du premier trimestre 2017, régressant ainsi de 27 milliards (-30,6%) par rapport à la même période de l’exercice précédent. Comparativement aux 91,8 milliards prévus, elles enregistrent une sous consommation de 30,7 milliards et un taux d’exécution de 66,6%. 2- Les dépenses d’investissement s’élèvent à 170,2 milliards à fin mars 2017 contre 268,4 milliards à fin mars 2016, soit une baisse de 98,2 milliards (-36,6%) entre les deux périodes. Par rapport aux 357 milliards prévus, ces dépenses sont en retrait de 186,8 milliards, soit un taux d’exécution de 47,7%.

Les dépenses d’investissement sur ressources propres s’élèvent à 65,7 milliards à fin mars 2017, baissant de 88,2 milliards (-57,3%) en glissement annuel. Par rapport à la prévision du premier trimestre 2017 fixée à 200 milliards, elles sont en retrait de 134,3 milliards, soit un taux d’exécution de 32,9%. Les dépenses d’investissement sur financements extérieurs sont de 101,3 milliards à fin mars 2017 et diminuent légèrement de 0,9 milliard. Par rapport aux 150 milliards prévus au premier trimestre 2017, leur taux d’exécution est de 67,5%. c)- Les dépenses de restructuration s’élèvent à 3,2 milliards à fin mars 2017 contre 12,3 milliards à la même période de l’exercice 2016, soit une baisse de 9,1 milliards. Elles sont en retrait de 5,6 milliards par rapport aux 7 milliards d’objectif du premier trimestre, soit un taux d’exécution de 45,7%.